Accueil > virtualisation > Veille technologique et Virtualisation

Veille technologique et Virtualisation

La veille technologique impose parfois d’installer des outils, des frameworks et des logiciels. Il arrive qu’un de ces éléments nous amènent à modifier en profondeur notre système (changement de JDK, montée de version Maven, etc…) et il serait agréable de pouvoir le faire sans causer de dégâts sur l’environnement stable que nous avons mis en place depuis plusieurs semaines / mois / années.

Je tente une nouvelle expérience en virtualisant mes différents environnements de tests et je vais tenter de vous faire partager ma façon de faire et peut-être de vous donner envie de faire de même.

Ce premier billet a pour but de poser les bases de ce que j’appelle le Socle Commun. Le Socle Commun est l’image de la machine virtuelle qui servira de point de départ à chaque fois qu’on voudra tester une nouveauté sans pour autant abimer son propre environnement.

La machine Hôte

Mon ordinateur personnel est un portable Dell XPS M1730 Core 2 Duo 2GHz avec 2 Go de RAM. Il date d’un peu plus de 3 ans mais sa robustesse à toute épreuve ne me pousse pas à changer, pour le moment.
J’utilise une distribution Ubuntu 10.4 Lucid Lynx et les machines virtuelles seront installées et exécutées via VirtualBox OSE. J’avais l’habitude d’utiliser les produits VMWare mais après quelques soucis (Kernel Panic Not Syncing, incompatibilité VMWare Server & Firefox 3.6, …) j’ai décidé de changer.

Le Socle Commun

Le Socle Commun est le système de base pour instancier un nouvel environnement. C’est cette machine virtuelle qui me permettra de gagner du temps lors de mes expérimentations. J’ai la garantie qu’en quelques minutes j’ai un environnement GNU/Linux accompagné d’un JDK prêt à l’emploi!

Système d’exploitation : Ubuntu Server 10.4
Version du JDK : 1.6
Client SVN : subversion
Serveur SSH : openssh-server
Serveur Web : Apache2
Serveur de bases de données : MySQL
Interface de gestion de bases de données : PhpMyAdmin

Le but du Socle Commun est de fournir un maximum de services sans alourdir le système. L’avantage de virtualiser ce socle est de pouvoir le dupliquer et de le spécialiser pour mettre en place par exemple une plateforme d’intégration continue, un nouveau CMS, un nouveau serveur d’application, …

Le Socle Commun se doit d’évoluer, il doit être maintenu (mise à jour des packages Ubuntu) et enrichi (logiciels, clients, scripts, …) lorsque les besoins communs changent.
En ce qui concerne la configuration de la machine virtuelle, j’ai prévu 15Go pour le disque dur en allocation dynamique, et 256 Mo de RAM. Ces paramètres peuvent bien entendus être modifiés par la suite pour les besoins de vos prochaines instances.

La mise en place

La mise en place du Socle Commun est rapide, le plus long étant finalement de télécharger l’iso d’Ubuntu Server et son installation. D’ailleurs, lors de l’installation de celui-ci on nous propose des packages de bases (LAMP, Samba, serveur dns, …). Cochez ce dont vous pensez avoir besoin dans votre Socle Commun.

Je ne reviens pas sur les détails de l’installation d’Ubuntu Server, vous êtes libres de choisir n’importe quel environnement (GNU/Linux, UNIX, Windows, …). Sachez juste que j’ai créé un utilisateur unique dont le nom est ‘user’ et le mot de passe est ‘password’. C’est pratique si vous souhaitez partager cette image avec d’autre, le compte est « générique » out-of-the-box.

Après une rapide installation, il ne me reste pas grand chose à faire :

Installation du JDK

téléchargement sur le site d’Oracle : http://java.sun.com/javase/downloads/index.jsp
répertoire d’installation : /opt/jdk1.6.0_20
édition du fichier .bashrc de l’utilisateur ‘user’ pour ajouter la variable d’environnement JAVA_HOME et ajouter $JAVA_HOME/bin à la variable d’environnement PATH.

Installation de PhpMyAdmin

sudo apt-get install phpmyadmin

Installation de subversion

sudo apt-get install subversion

Passage en IP Fixe

Modification du fichier /etc/network/interfaces
iface eth0 inet static
address 192.168.0.xxx
netmask 255.255.255.0
gateway 192.168.0.254
auto eth0

Et c’est tout. L’environnement est prêt.

Et maintenant ?

Le socle commun en lui-même ne sert à rien, mais dans un prochain billet vous verrez comment monter une plateforme d’intégration continue très rapidement en partant de l’image que nous venons de créer.
En attendant, vous pouvez commencer à monter votre propre socle commun, adapté à vos besoins!
Vous pouviez mettre de côté les fichiers générés par la création de la machine virtuelle du socle commun. On ne sait jamais, une machine virtuelle est si vite perdue, et ce serait dommage de devoir tout recommencer alors que le but est justement de gagner du temps.

Les références

Ubuntu Serveur : http://www.ubuntu.com/products/whatisubuntu/serveredition
Virtual Box : http://www.virtualbox.org/

Publicités
Catégories :virtualisation Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :